Les frères ennemis

Thème : Les frères ennemis.
Expression : « concupiscence ».
Forme : Récit.
Contrainte : Ecrire à la deuxième personne du singulier.
Commentaire : Contrainte difficile. J’ai un peu triché parce qu’il y a d’autres sujets que « tu », mais à part un seul « j' » que j’ai laissé pour la forme, j’ai supprimé tous les « je », ce qui est loin d’être naturel et oblige à repenser pas mal de tournures de phrases. Je précise, au cas où, ce texte est une fiction.
Merci BOTA pour le sujet !

Tu me ressembles tellement. Tu en as conscience ? Oui, tu le sais, bien sûr. Puisque tu raisonnes comme moi. Quoi que plus clairvoyant encore, plus intelligent aussi, sans doute. Plus honnête, plus avenant, plus drôle. Tu es plus tout. Et tu me détestes.

Tu as raison.

Tu sais que c’est au moment où tu cesserais de me haïr que tu serais le plus vulnérable. Tu sais qu’à l’instant même ou tu baisserais ta garde, ton sang ne ferait qu’un tour dans mes veines et me pousserait à en vider les tiennes. Tu le sais parce que tu en ferais autant. C’est une façon de parler. Il est évident que jamais tu ne me ferais du mal, physiquement. Ni moi non plus, d’ailleurs. C’est beaucoup plus jouissif de faire des petits coups en douce, n’est-ce pas ? De détruire l’autre sournoisement, avec des lettres anonymes et des photos, par exemple ? Oui, tu dois aimer ça, toi, t’arranger pour nuire sans laisser de traces. Tu as dû jubiler quand Emma est partie… Tu connais toute l’aversion que ton être m’inspire parce que tu éprouves la même à mon égard. Tu la ressens aussi cette haine qui te monte aux joues et te fait plisser le front quand tu entends mon nom au détour d’une conversation ? Cette colère sourde qui tape à tes tempes et te suggère de me faire du mal ? C’est tes propres tares que tu détestes chez moi. Tu le sais ? Toutes tes perversions, ton matérialisme, ton orgueil, ta concupiscence… Ce que le monde entier ne voit pas chez toi et que ton cher frère incarne à ta place. Pas de lumière sans ombre. C’est cette gémellité manichéenne qui sauve ta face et permet aux braves gens de bien dormir. Le monde irait moins bien si les icônes ne contrastaient plus avec les rebus.

Et avec ta femme alors, comment ça se passe ? Ces petites tensions entre vous à la fin de l’année dernière, ça va mieux ? Et, dis-moi, juste pour savoir, c’est le poids des habitudes qui t’a fait perdre celle de la faire jouir ? Tu peux tout me dire, tu sais ? Dans notre vieux lit de gosses, au cours de ces trois jours, à Noël, j’ai cru comprendre qu’avec toi ce n’était plus tout à fait comme avant. Elle avait besoin de parler, tu comprends. C’est marrant, hein ? A sa façon qu’elle a eu de prendre du plaisir, tu aurais dit, comme moi, si tu l’avais vue, qu’elle venait de retrouver quelque chose qu’elle avait perdu depuis longtemps… Mais tu n’as pas de conseil à recevoir de moi… Cette chambre de gosse… C’était drôle d’être là de nouveau. Tu te souviens ces batailles d’oreillers interminables ? Les gueulantes du paternel ? Qu’est-ce qu’on riait ! Toi tu en pleurais de voir le vieux tourner en bourrique ! Mais c’est loin. Très loin. Tu n’as plus jamais autant rit avec moi qu’en ce temps là… Aujourd’hui, tu as l’air triste. Fatigué. Tu n’as rien à te reprocher, va. Les femmes sont compliquées. On ne peut pas être toujours à l’écoute de tout… Et puis ça va s’arranger, avec le temps… Certaines petites tromperies peuvent parfois raviver l’éclat du couple… Il ne me semble pas t’avoir félicité pour ton mariage au fait ? Depuis le temps… Il n’est pas trop tard. Félicitations ! Vraiment, de tout mon cœur, félicitations ! Elle est bonne ta femme, frangin.

Publicités

4 Commentaires

Classé dans Ludotextes

4 réponses à “Les frères ennemis

  1. WA-OU !
    C’était pourtant pas facile mais tu as réussi à écrire un truc mortel !
    C’est vrai ? Elle est bonne Yolaine ?

  2. Emilie

    J’adore!!!! Comme la majorité de ce que tu écris d’ailleurs: plein d’esprit et d’humour

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s